Le Grdr Migration - Citoyenneté - Développement est une association de solidarité internationale née en 1969 de la rencontre d’agronomes français et de travailleurs migrants de la région du fleuve Sénégal. Il inscrit son action dans un monde où l’interdépendance entre continents, pays et régions se renforce, alors que les inégalités et la précarité augmentent.

Le GRDR œuvre essentiellement dans le bassin du fleuve Sénégal en milieu rural (Mali, Mauritanie, Sénégal), régions qui se caractérisent  par une forte émigration de leur population. Le Grdr développe aujourd’hui ses actions sur de nouveaux territoires au Maghreb et Méditerranée.

Son activité principale est d’accompagner les migrants (ici) et les villageois (là-bas) dans l’élaboration et la réalisation des nombreux projets qu’ils initient en matière de développement des pays d’origine et d’insertion en France. Depuis sa création, le Grdr accompagne les initiatives des migrants et de leurs partenaires.

De nombreuses associations de migrants d’Afrique subsaharienne (Mali, Mauritanie et Sénégal) ont ainsi bénéficié de son appui pour des projets dans leurs villages, puis leurs communes, départements et régions d’origine.

L’évolution du projet migratoire de cette population (regroupement familial, présence des jeunes et vieillissement), et les difficultés qu’elle rencontre pour son intégration en France ont conduit le GRDR à renforcer ses interventions dans le domaine de l’insertion. Ainsi, l’association accompagne également des migrants et personnes issues de l’immigration pour leur insertion et leur réussite sociale, économique et citoyenne.

L’action du Grdr est structurée autour de deux grands axes

Les mobilités humaines

Les migrantes et les migrants tissent et métissent le monde de demain. Dans la durée, ils relient les sociétés et contribuent largement au développement de leurs territoires d’origine mais aussi de leurs territoires de vie (métissage culturel, expériences nouvelles, innovations, dynamisme économique, savoir-faire originaux). Le Grdr agit pour que les migrants soient des acteurs reconnus des sociétés et considérés comme des citoyens à part entière tant sur leurs territoires d’accueil que d’origine. L’objectif est donc de porter un discours positif sur les mobilités humaines, même (et surtout) dans un contexte difficile. Il est important de noter que les territoires d’action du Grdr particulièrement en Afrique de l’ouest sont autant des terres de départ que des terres d’accueil de ressortissants des régions limitrophes.

La gouvernance citoyenne des territoires

Il s’agit ainsi de ramener les centres de décision au plus près des citoyens, et donc de leurs lieux de vie et de travail. Cette approche est la condition d’une bonne gestion des affaires publiques, comme des ressources des territoires. Pour cette raison, tous les projets conduits par le Grdr, dans les différentes thématiques impliquent directement les acteurs locaux. Elles se font donc en partenariat avec les principaux cadres de concertation : autorités locales et services déconcentrés de l’Etat, représentations de la société civile, comme, autorités traditionnelles. En France, comme en Afrique les programmes intègrent un volet d’accompagnement pour assurer le renforcement de ces structures et l’appropriation de l’action.