Les prêts effectués par les membres sur Babyloan ne sont pas rémunérés. Néanmoins, les micro-entrepreneurs paient des taux d’intérêt. Pourquoi ? Ce sont nos partenaires locaux, les Institutions de Microfinance, qui octroient les microcrédits, et ce sont elles qui fixent les taux d’intérêts que les micro-entrepreneurs devront leur payer en plus du remboursement.

Les taux d’intérêt pratiqués par les Institutions de Microfinance leur permettent de poursuivre leurs activités de microcrédit et d’accompagnement social.

A quel taux empruntent les micro-entrepreneurs ?

Les taux d’intérêts pratiqués par les Institutions de microfinance dans le monde sont en moyenne de 27 % par an (source : CGAP). Les taux pratiqués par nos partenaires sont de 26,3 % (juin 2014). Ces chiffres, qui pour nous autres occidentaux semblent exorbitants, doivent être relativisés.

Pourquoi des taux d’intérêts si élevés ?

Plusieurs facteurs expliquent que les taux d’intérêts paraissent si élevés :

  • Des facteurs de risques importants

Les facteurs de risques sont importants dans les zones rurales dans lesquelles les Institutions de Microfinance sont implantées. Le revenu des habitants y est inférieur à celui observé dans les zones urbaines. Il y existe par ailleurs une forte dépendance aux conditions climatiques qui peuvent influer sur les récoltes, ainsi qu’une forte saisonnalité des activités.

  • Des coûts opérationnels élevés

Les coûts opérationnels sont élevés pour les Institutions de Microfinance : elles doivent financer les déplacements nécessaires pour collecter l’argent dans les zones rurales difficilement accessibles, fournir des agences mobiles, etc. Au-delà du microcrédit, de nombreuses Institutions de Microfinance proposent à leurs bénéficiaires des services annexes et un véritable accompagnement : assurances, formations, aide à l’établissement d’un bilan financier de l’entreprise, etc.

  • Des taux d’intérêts élevés pour les Institutions elles-mêmes

Les taux d’intérêts auxquels les Institutions de Microfinance empruntent est lui-même supérieur aux taux d’intérêts auxquels ont droit les banques traditionnelles et avoisinent souvent les 10 %.

  • La nécessité d’anticiper l’inflation locale

Les taux d’intérêts pratiqués par les Institutions de Microfinance leur permettent également d’anticiper l’inflation locale qui atteint régulièrement 5 à 10 % dans les pays en développement.

  • Des crédits pour de petites sommes, sur de courtes durées

Il faut avoir en tête que les microcrédits concernent souvent de petites sommes d'argent, qui sont octroyées sur de courtes durées. Cela relativise les taux d'intérêts pratiqués par les Institutions de microfinance qui doivent être ramenés au mois. Par exemple, un bénéficiaire qui obtiendrait un microcrédit sur 6 mois dans une Institution de microfinance pratiquant un taux de 38 % emprunterait à un taux d'environ 19 % (3.2 % par mois).


La maturité moyenne des crédits des micro-entrepreneurs bénéficiaires de nos partenaires locaux est de 10 mois.

Le saviez-vous ?

Les populations non bancarisées qui souhaitent emprunter de l’argent n’ont que trois choix : soit emprunter à un proche (à taux zéro), soit recourir à l’usurier local (souvent pour des taux d’intérêts avoisinant les 100 %), soit contracter un microcrédit auprès d’une IMF.

Pour en savoir plus :
- Fiche CGAP : Les taux d’intérêt des microcrédits sont-ils abusifs ?
- Etude spécial : CGAP : Les taux d’intérêt du microcrédit et leurs facteurs déterminants